Refaire République

La fraternité, ce lien de bienveillance et de confiance qui devrait unir les Français, est en souffrance. Pour la renforcer, il faut consolider une société éclatée, retisser les liens, garantir l’égalité de traitement de tous, mais aussi en finir avec le choix de l’impuissance en matière de contrôle des flux migratoires :

  • Reprendre le contrôle sur les flux migratoires par une politique souveraine :
    • Fin du régime des travailleurs détachés ;
    • Moratoire sur l’immigration économique ;
    • Limitation et contrôle du regroupement familial ;
    • Maintien du droit d’asile et de l’accueil des réfugiés politiques, et de l’accession légale à la nationalité française sous condition de maîtrise de la langue et de la connaissance de l’histoire et des institutions de France, ainsi que d’un serment solennel d’allégeance aux valeurs de la République française.
  • Refuser toute forme de communautarisme et réaffirmer les principes de la loi de 1905 et de celle du 15 mars 2004, comme de l’article 10 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. La laïcité doit être réaffirmée comme un des ciments de la République.
  • Entreprendre une politique d’intégration énergique visant à mettre fin à toutes les ségrégations : l’école républicaine et le service national universel doivent retrouver leur fonction d’assimilation et de brassage social.
  • Réprimer sévèrement les discriminations, en particulier lorsqu’elles sont le fait des agents publics : pour rendre illégitime toute contestation de l’ordre républicain, il faut que celui-ci tienne toutes ses promesses.
  • Assurer la sécurité des personnes et de leurs biens sur l’ensemble du territoire national et en tout temps. C’est non seulement une condition du bien-être général des personnes et de la cohésion des territoires – les zones de non-droit doivent disparaître –, mais également une condition fondamentale de la légitimité de toute autre politique publique : un État incapable de protéger ses citoyens perd toute légitimité. Il faut renforcer les moyens des forces de sécurité – police, gendarmerie, sécurité civile et pompiers – et élaborer une politique de sécurité ambitieuse luttant non seulement contre l’insécurité, mais aussi contre ses causes.
  • Instaurer un service national obligatoire, mixte et rémunéré, à composante militaire pour 25 % d’une classe d’âge. Les conscrits et les volontaires réservistes constitueront une garde nationale civile.
  • Consentir un effort financier exceptionnel pour porter le budget de la justice au niveau de ceux des nations comparables.
  • Résorber la fracture territoriale :
    • Lutter contre la ghettoïsation et la fracture territoriale qui isole les périphéries rurales et périurbaines, notamment grâce à une politique des transports volontariste reposant prioritairement sur le rail et des politiques de péréquation dans différents domaines.
    • Adopter des politiques spécifiques de sauvetage pour les zones les plus déshéritées : quartiers difficiles, hyper-ruralité, territoires ultramarins.
    • Concentrer l’administration territoriale de la République sur deux échelons : communal et départemental, les régions devenant une instance de coordination pour certaines compétences sectorielles, notamment économiques, d’infrastructures et de services publics locaux.
    • Refondre le financement des collectivités territoriales de manière à restaurer leur autonomie financière, et revoir les impôts locaux injustes.
    • Coordonner les politiques territoriales par une planification centralisée garantissant l’unité territoriale.
Print Friendly, PDF & Email