Monsieur le Président de la République, allez-vous céder les Îles Éparses ?

Lettre ouverte au président de la République

Monsieur le Président de la République,

Hier, le président de la République de Madagascar, que vous avez reçu à l’Elysée, a indiqué sur son fil Facebook officiel 

source : facebook

« Excellence Monsieur le Président, il est grand temps de réparer l’erreur de l’histoire, je demande solennellement la restitution des Iles Eparses et je propose ainsi la mise en place d’une « Commission Mixte pour la gestion et la restitution des Iles Eparses à Madagascar dont les conclusions des travaux devraient être attendues dans les meilleurs délais possibles ! » et le Président Macron a répondu positivement à cette demande et l’a entériné devant la presse en déclarant : « on trouvera la bonne formule avant la célébration du retour de l’indépendance de Madagascar le 26 juin 2020 pour la négociation et la restitution des îles Eparses à Madagascar, donc on aura 01 an pour y arriver! » 

Monsieur le Président de la République, est-il vrai que vous acceptiez la participation de la France à une « Commission Mixte pour la gestion et la restitution des Îles Éparses à Madagascar » ?

Si c’est faux, vous devez immédiatement apporter un démenti cinglant et protester vivement contre ces procédés douteux. République souveraine s’étonne que, 20 heures après, cela ne soit pas encore fait.

Si c’est vrai, c’est une faute très grave. S’il est naturel et légitime que la France cherche à régler le différend territorial qui l’oppose à Madagascar dans le cadre d’une politique de bon voisinage – et à ce titre, participe à une commission associant ce pays voisin pour la gestion des Îles Eparses, territoire français voisin des côtes malgaches – envisager la « restitution » de ces îles qui n’ont jamais appartenu de près ou de loin à la Grande Île constitue une reconnaissance des revendications de ce pays, et un pas en direction d’une cession éventuelle.

Monsieur le Président, devons-nous vous rappeler qu’en vertu de l’article 5 de la Constitution, vous êtes le « le garant de l’indépendance nationale, de l’intégrité du territoire et du respect des traités » ?

Doit-on s’attendre à une vente à l’encan des territoires français pas ou peu habités, qui assurent à la France son espace maritime hors du commun – le second en taille au monde ? En échange d’avantages pour vos amis du CAC-40 dans les pays voisins de ces territoires, céderez-vous Clipperton au Mexique, les Crozet à l’Afrique du Sud et les Kerguelen à l’Australie ? 

Monsieur le Président de la République, République souveraine souhaite dans un esprit républicain que vous corrigiez le plus vite possible cette faute inadmissible, qui pourrait vous valoir une accusation pour haute trahison.

Print Friendly, PDF & Email