International Swaps and Derivatives Association (ISDA)

Association professionnelle

  • Effectifs :
    • 6 employés dont 6 en équivalent à temps plein
    • 4 accréditations pour aller et venir à leur guise dans les institutions européennes.
  • Nombre de rendez-vous officiels avec la commission : 10 rendez-vous.
  • Dépense environ 2 249 999 euros en lobbying.
    http://www.isda.org

L’ISDA est l’association professionnelle des acteurs des marchés financiers actifs dans le secteur des produits dérivés de gré à gré. Dans la finance, les dérivés sont une manière de parier sur la fluctuation future de la valeur d’un produit, et un swap, ou échange financier, est un contrat d’échange d’un instrument financier contre un autre instrument financier. Comme on peut s’y attendre, l’ISDA concentre son lobbying sur les réglementations relatives au secteur financier, et ses membres sont de grandes firmes comme Deutsche Bank, Barclays, Goldman Sachs, JPMorgan et Morgan Stanley.

Lorsque la régulation des instruments dérivés a été mise à l’ordre du jour de l’Union européenne suite aux crises financières et alimentaires de la fin des années 2000, il a semblé un moment que des mesures seraient prises pour juguler la spéculation scandaleuse sur les produits agricoles qui pouvait littéralement affamer les populations en jouant sur la volatilité du prix des aliments. Nombre de grandes banques membres de l’ISDA sont tristement réputées pour leur implication dans cette spéculation. L’ISDA a finalement réussi à s’assurer le contrôle du « groupe d’experts sur les produits dérivés » mis sur pied par la Commission et chargé de se pencher sur cette question. En revanche, la Commission a laissé sur la touche tous ceux que cette spéculation frappait de plein fouet, notamment les agriculteurs et les consommateurs.

L’ISDA, « expert » qui conseille ainsi régulièrement la Commission sur de nombreux dossiers liés à la fiscalité, a récemment sonné le rappel des troupes pour s’opposer aux propositions de l’Union européenne en faveur d’une taxation des transactions financières.

Sources : Lobby facts , Transparency register, Corporate europe

Quelques faits d’armes

Print Friendly, PDF & Email