Shell

Entreprise

  • Effectifs :
    • 17 employés soit 10,25 en équivalent temps plein
    • 7 accréditations pour aller et venir à leur guise dans les institutions européennes.
  • Nombre de rendez-vous officiels avec la commission : 63 rendez-vous.
  • Dépense environ 4 749 500 euros en lobbying, et touche 1 746 500 euros en subventions.
    http://www.shell.com

Shell, une multinationale du gaz et du pétrole, fréquente assidument les réunions de haut niveau organisées par la Commission sur la politique climatique et énergétique, et a été la quatrième structure du secteur privé à rendre le plus fréquemment visite aux commissaires Cañete et Šefčovič au cours des deux premières années de leur mandat.

Shell s’est rendue célèbre par de nombreux scandales, en particulier celui lié à ses activités dans la région du delta du Niger au Nigeria, où la firme a été accusée d’exacerber les conflits et les violations des droits humains des militants locaux du peuple Ogoni. Shell refuse aujourd’hui encore d’assumer ses responsabilités et de nettoyer les marées noires qu’elle a provoquées, sans parler de son implication dans un récent scandale de corruption massive dans le pays.

L’entreprise participe aussi à l’exploitation des sables bitumineux au Canada, une source d’énergie controversée car présentant l’empreinte carbone la plus élevée de tous les carburants fossiles, en plus de ses impacts dramatiques pour les communautés autochtones et leur territoire.

Shell est une habituée du « greenwashing » (voir glossaire anti- jargon) et des affirmations mensongères sur sa contribution à la lutte contre le changement climatique, alors que cette entreprise s’est acharnée à à faire réviser à la baisse les objectifs de l’Union européenne en matière d’énergies renouvelables. En 2015, elle a lancé un appel d’offres pour la réalisation d’un film publicitaire destiné aux jeunes. Le film gagnant montrait deux végétaliens de la génération Y aux cheveux rose et bleu qui défendaient le gaz naturel comme solution au changement climatique, à la veilledu sommet des Nations Unies sur le changement climatique deParis.

Dans une correspondance électronique qui a été ensuite rendue publique, Shell avait écrit aux réalisateurs : « La prospection de pétrole dans l’Arctique ne doit PAS apparaître dans votre storyboard ». Shell est déterminée à nous convaincre qu’elle fait partie de la solution aux problèmes climatiques, alors que ses propres projections énergétiques affirment que l’on peut continuer à brûler des carburants fossiles indéfiniment.

Sources : Lobby facts , Transparency register, Corporate europe

Quelques faits d’armes

Print Friendly, PDF & Email