Communiqué de République souveraine sur la conférence de presse d’Emmanuel Macron (25/04/2019)

crédits : AFP

À l’occasion de sa conférence de presse censée apporter des réponses au mouvement des gilets jaunes, Emmanuel Macron a été égal à lui-même : creux et arrogant. 

On ne saurait s’en étonner, mais au bout de cinq mois de mobilisation sociale sans précédent émaillée d’une répression policière critiquée dans le monde entier, et au terme d’un « grand débat national », c’est une insulte à nos concitoyens.

Aucune annonce d’envergure donc, des mesurettes confuses et contradictoires (moins de dépenses, mais plus de services publics…), refus des revendications principales des gilets jaunes (rétablissement de l’ISF, l’introduction du RIC…), continuation des réformes antisociales (retraites, durée du travail, nombre de fonctionnaires…).

Des doutes, monsieur le Président ? Pas le moindre. « Est-ce qu’on a fait fausse route ? Je crois tout le contraire ». Les raisons de la colère populaire ? « Les mesures n’ont pas été suffisamment (…) radicales » (sic !), il faut les rendre « plus claires » et « plus lisibles ». 

Retour à la case départ donc : le cap est bon, il ne faut rien changer, mais au contraire intensifier les « réformes » ; avec un peu de pédagogie, le peuple obtus devrait finir par comprendre que c’est pour son bien qu’on le fait souffrir.

A-t-on déjà vu un tel concentré d’autosatisfaction et d’enfermement idéologique ? Sans doute (l’histoire est riche en gouvernants déraisonnables). Mais on tient là un cas d’espèce exceptionnel. 

La guerre sociale va donc se poursuivre, et avec elle le tumulte social qu’elle produit.

Courage aux gilets jaunes et à tous nos concitoyens en difficulté. Face à un pouvoir inique et irresponsable, luttons pour reprendre notre destin en main !

Print Friendly, PDF & Email