Propos de M. Castaner à l’encontre des forces de sécurité.

Le ministre de l’Intérieur a notamment demandé, le lundi 8 juin 2020, qu’ « une suspension soit systématiquement envisagée pour chaque soupçon avéré d’actes ou de propos racistes. »

Que signifie cette expression étrange, « soupçon avéré » ? Ou bien il y a un soupçon, et la présomption d’innocence impose d’attendre les preuves pour condamner ; ou bien la faute est avérée, et la sanction est naturellement justifiée. Le « en même temps » Macronien a encore frappé, augmentant la confusion en des temps où l’esprit public aurait plutôt besoin de clarté.

Pourquoi une telle confusion ? Pour satisfaire un discours irresponsable de dénigrement systématique des forces de l’ordre, symbolisé par le slogan gauchiste anglo-saxon « All cops are bastards ». Une telle lâcheté est inadmissible de la part d’un ministre de l’Intérieur qui devrait défendre ses troupes. C’est encore plus inadmissible de la part d’un exécutif qui est largement responsable de la perte de confiance d’une partie de la population envers des forces de l’ordre qu’il a détournées de sa vocation première – la lutte contre le crime et la délinquance – au profit d’une guerre sociale sans fin.

Nos forces de l’ordre n’ont pas besoin de culpabilisation collective. Elles ont besoin de moyens, d’encouragements, de soutien, de confiance. Pour retrouver cette confiance, elles n’ont certainement pas besoin que leur ministre de tutelle cultive le soupçon, mais d’être recentrées sur la répression de la délinquance et notamment la reconquête des territoires colonisés par le trafic de stupéfiants.

Les membres des forces de l’ordre reconnus coupables d’actes ou de propos racistes doivent être punis. Pas toute une institution qui souffre et doit être soutenue.

Communiqué de la commission Affaires intérieures de République souveraine

Print Friendly, PDF & Email