Le sort des interprètes afghans de l’armée française en question

République Souveraine a appris avec préoccupation l’attaque par balles contre le domicile d’un ancien interprète de l’armée française en Afghanistan n’ayant pas obtenu de visa pour rejoindre notre pays.

Les anciens interprètes afghans sont encore une centaine dans ce cas, pour des raisons incompréhensibles. Leur venir en aide est d’abord un devoir moral, car ils sont menacés de mort, eux et leur famille, pour avoir aidé la France contre les talibans. 

C’est ensuite une nécessité stratégique : comment l’armée française pourra-t-elle recruter à l’avenir de tels auxiliaires, si elle se montre incapable de garantir leur survie après son retrait de leur pays ?

Cette attaque doit être un choc salutaire. Il y va de l’honneur de la France. Offrons l’asile aux anciens interprètes afghans menacés pour leur action au service de notre pays.

Print Friendly, PDF & Email