Le séparatisme est consubstantiel au macronisme

Le Président de la République a prononcé hier à Mulhouse un discours sur les dangers du séparatisme islamiste qui gangrène, il est vrai, des pans entiers du territoire national avec parfois la complicité d’élus.

République Souveraine pourrait se féliciter de cette prise de conscience alors que nos militants tirent avec d’autres la sonnette d’alarme depuis des années, notamment nos experts de l’islamisme et de ses stratégies à court, moyen et long terme.

Nous ne le ferons pas, et ce pour trois raisons.

D’abord, ce constat arrive bien tard. Pas la peine de s’étendre ici sur les raisons qui ont conduit à la création de République Souveraine, le recul du politique face aux communautarismes et à l’islamisme figure en bonne place. Les militants de RS viennent pour beaucoup de mouvements qui ont cru pouvoir combattre un essentialisme, le racisme, par un autre, le communautarisme et qui ont de manière assez prévisible participé à la montée en puissance des deux. Le Souverainisme est la contradiction la plus radicale à ces calamités, une république souveraine n’a cure des origines ou appartenances réelles ou supposées des citoyens.

Ensuite parce que dans l’analyse présidentielle figurent plusieurs point aveugles. L’islamisme en France doit son succès à de riches mécènes avec lesquels la France atlantiste entretient les meilleures relations, l’Arabie saoudite au premier chef. Pour que recul l’islamisme, il faut que cesse cette schizophrénie et pour qu’elle cesse,  il faut que la France retrouve sa souveraineté et ne dépende plus des alliances états-uniennes.

Enfin parce que le séparatisme ne se résume pas à l’islamisme. Le libéralisme anglo-saxon et européiste dont se réclame le Président est tout entier séparatisme. Il s’agit de ne plus faire Nation car les nations furent parmi les obstacles les plus sérieux au tout-marché. Il faut donc séparer les riches des pauvres, l’oligarchie du peuple, les territoires les uns des autres, les peuples de leurs histoires… La communauté n’est qu’un des moyens de séparer les citoyens entre-eux et de l’agora nationale tout entière noyée dans le multiculturalisme. 
Le communautarisme tout comme l’islamisme ont une double utilité pour le libéral, il permet de dissoudre la Nation et sert de sous-traitant social low cost à un Etat qui s’est retiré de pans entiers du territoire national. Là ou le libéral se trompe, c’est quand il croie pouvoir contenir les assauts islamistes contre nos sociétés, une fois des bases territoriales solides assurées, par la seule fonction régalienne d’un état minimal.

Print Friendly, PDF & Email