Elections présidentielles en Bolivie : une démocratie fragile.

Le nouveau président bolivien Luis Arce

République Souveraine tient à féliciter Luis Arce, candidat du mouvement vers le socialisme (MAS) aux élections présidentielles boliviennes et ancien ministre de l’économie et des finances des finances d’Evo Morales, pour sa très nette victoire dès le premier tour.

Le candidat centriste Carlos Mesa, tout comme l’extrême droite proche des Etats-Unis autour de Jeanine Añez, ont reconnu cette victoire qui ne fait alors plus de doutes malgré la lenteur de certains dépouillements.

République Souveraine s’étonne de la très faible couverture médiatique qui a accompagné cet évènement capital pour la démocratie bolivienne. Elle appelle les journalistes s’étant félicités de la démission puis du départ d’Evo Morales, dans des circonstances plus que troubles, à l’humilité.

Elle demande également la plus grande vigilance aux acteurs et observateurs soucieux du respect de la démocratie et de la souveraineté bolivienne. Les ingérences de Washington et la violence de ses relais d’extrême droite sur place menacent ces dernières en Bolivie comme sur l’ensemble du continent.

Il convient donc de rester très mobilisé afin que ce pays puisse évoluer vers une démocratie sereine qui passe par l’intégration pleine et entière des classes populaires de toutes origines.

Une France souveraine, de part l’admiration que suscite encore notre culture et notre histoire révolutionnaire dans l’ensemble de l’Amérique latine, pourrait contribuer à cette construction démocratique dans le respect du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

Commission affaires étrangères et défense de République Souveraine

Print Friendly, PDF & Email